Sophrologie et addictions

 

Les typologies d’addictions sont nombreuses et toutes engendrent des conséquences qui peuvent se révéler nocives d’un point de vue physique et/ou psychologique.

 

La sophrologie permet de lutter contre certaines addictions comme les addictions alimentaires, le tabac et autres addictions mineures.

 

L’utilisation de la sophrologie ne peut s’envisager seule que pour des addictions « mineures » (alimentaire, dépendance à internet, au travail, à l’information, collectionnite…)  qui relèvent des « toxicomanies sans drogue ».

 

Les addictions plus graves (substances chimiques, alcool, jeux…) ou les addictions à un stade avancé, n’entrent plus dans le cadre de la sophrologie. Elles appartiennent au domaine exclusif de la médecine et des thérapeutes. La sophrologie ne pourra être envisagée qu’après la phase de sevrage, comme soin d’accompagnement, et sous le contrôle du corps médical. 

Comment la sophrologie peut vous aider ?

 

La sophrologie peut vous apporter une aide au travers de deux axes principaux que sont :

 

       La revalorisation de soi, de sa personnalité et de ses capacités à agir et à maîtriser ses pulsions.

 

       La redécouverte de son corps, de ses réactions et de ses sensations pour en maîtriser les tensions.

 

Grace à une pratique régulière les techniques proposées permettent progressivement de reprendre confiance en soi, en sa capacité à réussir à se maîtriser jusqu’à devenir acteur de sa propre détente. L'objectif étant de se substituer à l’addiction que l’on souhaite éliminer et pallier, puis faire disparaître la frustration ou la peur liée aux possibles effets du manque.

 

Les exercices de relaxation vous aideront à lâcher prise, à prendre du recul.

 

Puis, en redécouvrant son corps, la capacité de ressentir et la diversité des sensations, on redécouvre également la possibilité de plaisir sans avoir à faire appel au toxique ou au nocif.

 

Le travail conjoint du corps et de l’esprit enclenche une spirale « vertueuse » de reconstruction de soi, qui facilite l’abandon de conduites addictives.